6eme congres de l’ANILH Cap Haitien

  • L’Infirmière une Force pour le Changement : Des Soins efficaces et Rentables pour Améliorer la Santé et le Bien-être.

IMG_1625

A l’occasion de la journée Internationale de l’Infirmière  le 12 Mai 2015, L’ANILH et sa filiale  du Nord ont organisé un congrès de deux jours sur  le  thème international : L’Infirmière une Force pour le Changement ; des Soins efficaces et Rentables pour améliorer la Santé et le Bien-être.

A la cérémonie d’ouverture le 11 Mai 2015, au local VILLA CANA, environ 80 participants ont été accueillis par le comité d’organisation présidé par la Coordonnatrice de l’ANILH-Nord, Madame Angelina Laine qui  a ouvert la cérémonie par ses propos de bienvenue et d’introduction de l’invité d’honneur, le docteur Jasmin, Directeur du Département Sanitaire Nord.     Dans son allocution, l’invite d’honneur a exhorté les professionnels infirmiers à initier le changement  par l’amour de la profession, la volonté de continuer à se former, la discipline, la solidarité, le souci de la qualité, la recherche de reconnaissance et plus d’autonomie pour la profession

La Présidente de l’ANILH, Madame Lucile Charles a formulé ses vœux de bonne fête et de solidarité entre les  professionnels  Infirmiers, l’accent a été aussi mis sur l’importance du  thème  de ce congrès qui  interpelle  profondément les infirmières du pays.   Plusieurs délégations de professionnels et cadres Infirmiers dont   l’Artibonite, le Nord’Est et   l’Ouest ont fait le déplacement. La soirée du 11 Mai a été clôturée par un cocktail et un beau spectacle de chants de poèmes et de danse performés par les étudiants finissants de l’ENI du Cap Haitian.

Le lendemain, 12 Mai, les activités ont débuté dès 8 heures AM   par une messe d’actions de    grâces à la chapelle Saint Joseph de Saint Vallier. De retour à Villa Cana,  le programme du jour s’est poursuivi avec la lecture du message CII par la Vice-présidente de l’ANILH, Madame Irma D. Bois ; puis  ce fut l’allocution de la Présidente, Madame Lucile Charles, qui a exhorté une fois de plus lesinfirmières à être des professionnels de santé véritablement efficaces  et à se rendre disponibles pour participer pleinementaux politiques sanitaires alors, il sera possible de modifier le paysage des soins de santé afin d’améliorer l’accès aux soins , la sécurité des patients et la qualité des soins pour tous…

 Il est important de signaler un ajout au programme avec la remise d’une plaque d’honneur a une l’infirmière de carrière Madame Jocelyne Jean-Jacques reconnue comme un modèle au Cap-Haitien  dans la profession Infirmière.

L’invité spécial, l’économiste, Monsieur Fritz Jean, a introduit son intervention par l’importance accordée  à la santé d’une population par un pays comme mesure du degré d’humanité d’une société….. Au cours de son exposé sur la Valorisation du Rôle de l’Infirmière dans un Système de Santé… il a  mis l’accent sur l’importance de la qualité de la formation de base pour accéder à la profession infirmière qui doit être une exigence nationale( formation & offre des soins infirmiers),   le plaidoyer continu  pour une proportion équitable  du budget de santé  allouée dans le budget de la République ; la mobilisation de  la société civile dont  l’ ANILH pour alerter et faire le plaidoyer auprès des autorités concernées  sur des aspects qui ont fait leur preuve dans le système de santé  dans d’autres sociétés notamment :

  • Les mécanismes fonctionnels de régulation de la profession
  • Le choix du Secteur à prioriser dans le budget de la république
  • Le financement équitable du système de santé avec l’apport des secteurs publics-privés
  • L’analyse des menaces de l’avenir (environnement qui se dégrade ; flux incontrôlé de migration et autres…L’exposé de l’économiste a suscité beaucoup de débats concluants.les participants ont été invités à se rassembler en trois ateliers de réflexion   pour   débattre de certains enjeux du financement du système de santé en Haïti notamment :
  1. Les principaux modèles de financements de la santé actuellement en Haïti.
  2. Les principales causes de gaspillage des ressources en santé. Que faut- il faire pour réduire les coûts des soins de santé en Haïti ?

 

 

RESOLUTION 1 : COMMENT FINANCER LES SOINS DE SANTÉ EN HAITI ?

Trois ateliers de réflexion ont formulés des commentaires et des constats sur les modes de financements actuels de la santé en Haïti et les principales causes de gaspillage au sein des institutions de santé.

  • En Haïti les couts de santé sont financés par l’Aide Externe, l’Etat Hattien, les Ménages, et les transferts d’argent de la Diaspora Haïtienne.
  • Afin de mieux rentabiliser la santé, Il faudrait préconiser un modèle mixte par une mise en commun   des différentes sources de financement ; par la régulation, la canalisation des fonds de santé des ONG dans le budget national et fixer une taxation spécifique des familles pour la santé.
  • Valoriser et définir le travail du personnel de maintenance dans les institutions sanitaires en l’encourageant à aimer son travail, en le gratifiant pour ses efforts en le formant continuellement et sanctionner les indisciplines.

RESOLUTION 2 : COMMENT RENDRE EFFICACES ET RENTABLES LES SOINS DE SANTÉ EN HAITI ?

Le personnel infirmier peut jouer un rôle important afin de réduire les coûts des soins de santé au niveau  des institutions sanitaires d’ Haïti en réduisant le gaspillage.

Selon les participants les causes de gaspillage sont diverses :

Les Ressources Humaines  manquent d’encadrement, démotivation.

L’irresponsabilité des dirigeants,

La surcharge de travail face à une  forte demande  des populations vulnérables

Les Ressources Matérielles sont souvent mal gérées

Un manque de responsabilité du personnel est observé en général.

Afin de limiter le gaspillage il est essentiel d’agir sur les causes  au niveau des services de soins infirmiers ; le personnel infirmier devra :

Sensibiliser tout le personnel du service (IEC/CCC) sur la gestion rationnelle des ressources

Mettre en place et respecter les normes de gestion du matériel et des équipements

mis à leur disposition.

Organiser la formation continue des techniciens de maintenance

Constituer une cellule multidisciplinaire pour contrôler, réguler le fonctionnement du système d’approvisionnement.

Au niveau des décideurs des mesures concrètes devraient être prise :

Augmenter la proportion du budget national de santé dans l’allocation budgétaire nationale, le taux actuel de 5% est nettement inferieur à une allocation normale d’investissement.

Investir dans la formation de base de la profession infirmière dans les écoles publiques en les dotant d’enseignants, d’équipements adéquats et autres.

Etendre la formation continue des professionnels infirmiers

Augmenter le personnel de santé compétent en adéquation aux besoins

Assurer l’évaluation adéquate régulière des Institutions de formation en Soins infirmiers (privées-publiques)

Définir, exécuter et évaluer un plan annuel de fonctionnement des institutions sanitaires

Elaborer et appliquer des lois régissant le travail des professionnels infirmiers.

La présentation en plénière des travaux de groupes réflexion a suscité beaucoup de débats et s’est étendue à d’autres questions soulevées par quelques participants notamment la problématique de l’amélioration des conditions de travail des professionnels infirmiers en Haïti. Puis ce fut les mots de  clôture de la Présidente de l’ANILH et de la Coordonatrice de l’ANILH Nord.

Madame Angelina Laine